Revoir

Voir et revoir, sentir, entendre, rien n’est jamais vécu une seule fois. Toutes les images que j’ai emmagasinées attirent d’autres images qui tapissent le fond de ma mémoire et servent de guide à mes voyages intérieurs. Alors que je les croyais oubliées, elles ressurgissent à chacun de mes mouvements.
Entre présence et absence, entre connaissance et oubli, une image s’échappe de temps à autre d’un fonds d’oubli.
Dans le même mouvement les faits viennent à moi et s’éloignent comme repoussés par une trop grande proximité. Je n’en ai jamais fini avec les moments de ma vie, les événements les plus minimes tourbillonnent autour de moi, infernal manège dont je ne parviens pas à enrayer le mécanisme.
Des couches entières se superposent et sédimentent ma mémoire encombrée, mais il m’arrive aussi de voir briller quelques pépites dans ces associations inattendues où se confondent mes rêves, mes fantasmes, des faits réels et des souvenirs fabriqués. Je dispose à loisir d’une palette de couleurs et de matières comme un peintre dans sa recherche incessante. De découvertes magiques ou incongrues, entre flux et reflux, dans un brouillage de tous mes sens, les couleurs de ma vie explosent.

Karel Appel

Karel Appel Musée d’Art Moderne Paris

Karel Appel-2

Karel Appel

Karel Appel-3

Karel Appel

Publicités

Quitter le rivage

Regarder s’éloigner derrière nous les lignes d’une côte

_DSK0142 - 2013-04-14 à 10-24-07

Laisser s’estomper les contours du rivage et pâlir les couleurs

_DSK0138 - 2013-04-14 à 10-03-51

S’enivrer de l’air saturé du large

Pompei

Tandis que le vent repousse au loin les effluves du passé

Selinonte 2013-05-31 à 14-49-33

Lâcher prise et voir s’éloigner tout ce qui s’agrippe, s’agglutine, se dépose sur ma peau.

forêt de Fontainebleau

Il y a ceux qui aiment être assis dans le sens de la marche, et ceux, dont je suis, qui préfèrent voir le paysage fuir derrière eux en regardant s’éloigner les lieux

Barcelone La plage

et les êtres qui nous sont proches.

Vol Sicile

Griserie de l’éloignement,

Vol Trapani2013-05-28 à 10-24-11

 oubli des choses familières tandis que le paysage s’enfuit,

Vol Trapani 2013-05-28 à 11-41-50

à moins qu’il ne s’agisse que de son image.

Voir ce que l’on quitte avant de savoir où nous mènera notre chemin. Laisser derrière soi les regrets, désirs avortés, gestes esquivés, sourires malvenus, paroles trop vite prononcées ou trop longtemps retenues, chemins de traverse évités parce que redoutés, larmes qui sèchent au coin des yeux, espoirs refoulés, tous ces évitements qui auraient modifié notre parcours.
Et si tout cela pouvait s’évanouir définitivement par un simple retournement pour me mettre dans le sens de la marche.

Se souvenir du vert

Nous faudra-t’il bientôt renoncer au vert ?

La transformation se fera lentement, des feuilles sèches prendront la place de ce « vomissement de vert » évoqué naguère par Francis Ponge.


Feuillage  761

Viendront des ocres, des bruns, et cette couleur rousse qui se déploiera sur les arbres, les haies et les buissons tels une chevelure mousseuse.

Viendront des paysages brumeux éliminant peu à peu les éclats de vert, tous ces éblouissements lumineux et les couleurs se terniront.

depuis la chambre de Beuzeville

Nous aurons à nous déshabituer du vert, ne le voyant plus nous n’aurons plus besoin de le voir, nous éliminerons le vert de notre palette de couleurs.

Et devons-nous aussi, comme des arbres fragiles et tremblants, nous dépouiller de certaines nuances de notre vie pour survivre et résister aux assauts et aux frimas de l’hiver? Devrons-nous nous transformer lentement jusqu’à nous dénuder et trouver d’autres forces ailleurs?

Autoroute

En attendant, nous aurons à nous souvenir du vert.

Attendre encore

Combien de temps encore devrons nous attendre de voir le gris
IMG_1173

IMG_1174

se colorer un peu

IMG_0961 (1)

pour que nous puissions enfin nous réjouir et nous délecter d’un débordement de vert, de bleu

IMG_1176

et pour qu’un souffle revienne nous faire frissonner au spectacle d’une palette de couleurs

IMG_1175

IMG_0963 (1)

qui viendrait d’un coup de pinceau raviver le paysage qui nous entoure

IMG_0962 (1)

Et redonner leur éclat dans nos yeux hivernaux, fatigués et ternes.