Le voyage à Brest

« Écrire est l’acte le moins pessimiste qui soit.  » Georges Perros ( Papiers collés)

Le train m’emporte vers l’Ouest. Il est à peine 7 heures et il fait encore nuit. Quelques lumières parsemées dans la nuit sur la ville.
Gare de Laval. Un épais brouillard gris s’étend sur la campagne environnante. Le soleil ne se lèvera qu’à 8h53. Nous sommes en hiver. Le train repart. Lorsque la lumière perce un peu on voit une blancheur givrée recouvrir les arbres, quelques lueurs roses dans le lointain, au-dessus d’une église, le brouillard se dissipe par endroits puis réapparait un peu plus loin.
Des villages endormis, des campagnes désertes, rien n’a encore commencé. Le monde retient son souffle, le froid pétrifie toute velléité d’action.
Rennes. Température annoncée -2° mais le soleil se montre généreusement.
Lamballe. Un paysage blanc de givre sous un ciel lumineux.
Saint-Brieuc dans le brouillard,
Guingamp sous un grand soleil,
Morlaix grand soleil,
Puis Brest sous la grisaille.
Ensuite il y aura une côte découpée, la mer, de gros rochers qui tombent dans les flots et l’écume des vagues, le gris des pierres des églises et des calvaires, un phare, des toits gris au-dessus de volets bleus, des embruns picotant le visage, une maison accueillante.
Mais tant d’autres images surgissant au détour d’une rue, à la vue d’un rocher.
Écrire un voyage, des paysages vus, des impressions, tout ce tumulte d’images restées au fond de mes yeux, emportées à la fin, et qui de temps à autre, les jours suivants ou bien plus tard viendront interférer comme des flash-backs, des réminiscences et se superposer aux autres, dans la rue, dans un magasin partout où mes pas m’emporteront, ravivées par une couleur particulière, par une ligne courbe, ou par cette sensation de vent frais sur ma peau. Elles seront là en masse prêtes à jaillir de ce carrousel étourdissant avec toutes leurs couleurs.
Alors on écrit pour retrouver de telles images, pour qu’elles ne s’évanouissent pas, à moins que ce ne soit pour empêcher que d’autres images ne viennent les recouvrir, celles qu’on ne veut plus ou pas voir, sorties directement de notre imagination ou de notre mémoire agitée et trop pleine, les images refoulées et refusées. Ce flot continu d’images venues de tous les confins de la mémoire, des bas-fonds et des coins les plus sombres et reculés de notre parcours.
Combien d’images emmagasinons-nous ainsi au fil des jours, tapissant notre mémoire, se mêlant à toutes nos expériences, nos aventures intimes pour les colorer?
Écrire un voyage est-ce décrire ce voyage, avec toutes ses anecdotes, ses péripéties, est-ce la transmission de tous les paysages vues, le kaléidoscope d’autres expériences plus anciennes?
Est-ce que ce que je vois est vrai? Ai-je atteins le vrai dans mon récit?
Qu’ai-je au juste saisi ?

Suis-je à la recherche d’une image manquante, une image oubliée et soigneusement cachée?

Plougastel-Daoula


2015-01-04 à 16-46-10 - 2015-01-04 à 16-46-10

Plougonvelin


2015-01-04 à 16-46-19 - 2015-01-04 à 16-46-19

Plougonvelin


2015-01-04 à 17-56-31 - 2015-01-04 à 17-56-31

La pointe Saint Mathieu

Publicités

Reflets

Tant que des images se refléteront, que chacune d’elle aura son double inversé, tremblant et flou

Tant que se mêleront les lignes et les traits dans une ondulation imprévisible de la surface

Tant que je me promènerai sur les berges familières ou inconnues de ma vie

Au bord du vertige

Attirée par les reflets troubles de l’eau

Parviendrai-je à savoir qui je suis dans cette confusion des bords, dans l’alternance des images  dansantes entre mon reflet vague et moi-même

Saurai-je ce qui, de moi, dans ce jeu de miroir, est reflet ou réalité, silhouette flottante dans ce mélange  de couleur

Ne suis -je qu’un mirage dans les yeux de ceux que je croise tandis qu’ils m’apparaissent  comme une  illusion insaisissable

Percevant tout ce qui en moi ondoie et bouge, sans jamais se fixer

Entre celle qui se promène au-dessus de cette surface polie et que  je m’imagine être,

et celle que je suis sous la surface miroitée ?