Se souvenir du vert

Nous faudra-t’il bientôt renoncer au vert ?

La transformation se fera lentement, des feuilles sèches prendront la place de ce « vomissement de vert » évoqué naguère par Francis Ponge.


Feuillage  761

Viendront des ocres, des bruns, et cette couleur rousse qui se déploiera sur les arbres, les haies et les buissons tels une chevelure mousseuse.

Viendront des paysages brumeux éliminant peu à peu les éclats de vert, tous ces éblouissements lumineux et les couleurs se terniront.

depuis la chambre de Beuzeville

Nous aurons à nous déshabituer du vert, ne le voyant plus nous n’aurons plus besoin de le voir, nous éliminerons le vert de notre palette de couleurs.

Et devons-nous aussi, comme des arbres fragiles et tremblants, nous dépouiller de certaines nuances de notre vie pour survivre et résister aux assauts et aux frimas de l’hiver? Devrons-nous nous transformer lentement jusqu’à nous dénuder et trouver d’autres forces ailleurs?

Autoroute

En attendant, nous aurons à nous souvenir du vert.

Publicités

Attendre encore

Combien de temps encore devrons nous attendre de voir le gris
IMG_1173

IMG_1174

se colorer un peu

IMG_0961 (1)

pour que nous puissions enfin nous réjouir et nous délecter d’un débordement de vert, de bleu

IMG_1176

et pour qu’un souffle revienne nous faire frissonner au spectacle d’une palette de couleurs

IMG_1175

IMG_0963 (1)

qui viendrait d’un coup de pinceau raviver le paysage qui nous entoure

IMG_0962 (1)

Et redonner leur éclat dans nos yeux hivernaux, fatigués et ternes.